Halifax Tree Project

Il existe plus de 500 espèces de chênes dans le monde; 11 d’entre elles sont indigènes au Canada, mais une seule en Nouvelle–Écosse – le chêne rouge. Cette espèce (Quercus rubra L.) possède la plus grande aire de répartition de tous les chênes au Canada, poussant naturellement du Cap-Breton au lac des Bois dans le nord-ouest de l’Ontario. Il a des points pointus sur les lobes des feuilles, semblables à ceux du chêne pin (Quercus palustris Muench.) mais avec un limbe beaucoup plus large. Nous présenterons pin oak dans un post ultérieur. Les autres chênes que nous pourrions avoir dans les rues de la ville ont tous des feuilles à lobes arrondis (par exemple, chêne blanc (Quercus alba L.), chêne blanc des marais (Quercus bicolor Willd.), le chêne anglais (Quercus robur L.) et le chêne à fraise (Quercus macrocarpa Michx.)).

Je suis un fan de planter plus de chênes rouges dans nos rues. Dans les quartiers plus anciens du noyau urbain, le chêne rouge représente actuellement moins de 5% du nombre d’arbres de rue. Mes observations sont qu’il semble être relativement robuste dans les premières années après la plantation, ce qui signifie des taux de survie élevés. Il a une longue durée de vie (les arbres de plus de cent ans sont communs), le bois est dur et solide, et la canopée a tendance à être assez large, une caractéristique des arbres de rue que nous chérissons habituellement parce que nous voulons que la couronne atteigne la surface de la rue. J’ai vu un chêne vivant (moulin Quercus virginiana.) à la Nouvelle-Orléans qui avait une couronne de 20 m de haut mais d’environ 40 m de large! Le chêne rouge est relativement enraciné, il fait donc partie de nos espèces d’arbres de rue les plus venteuses.

Les chênes (pas seulement les chênes rouges) ont de nombreuses caractéristiques dont il faut parler. Les fruits sont appelés glands et à peu près tout le monde sait à quoi ressemble un gland. Les écureuils savent que les glands sont vraiment importants pour eux à manger! Les glands peuvent être consommés par les humains, et ce depuis des millénaires, mais une préparation minutieuse est nécessaire pour réduire la teneur en tanins. Le bois de chêne est très résistant, dur et lourd et a de nombreuses utilisations. Le bois de chêne était utilisé pour construire des navires alors qu’ils étaient essentiellement entièrement en bois. Plusieurs pièces de ma maison ont des sols en chêne et nous avons également plusieurs meubles en chêne.

Lorsque je reçois des livraisons de bois de chauffage d’un fournisseur commercial de bois de chauffage, j’apprécie de voir du chêne dans le mélange. Les fûts utilisés pour le stockage et le vieillissement du vin et du whisky sont en chêne (mais pas en chêne rouge). Les bouchons originaux des bouteilles de vin sont appelés bouchons parce qu’ils ont été fabriqués à partir de l’écorce du chêne-liège (Quercus suber L.) qui pousse naturellement au Portugal, en Espagne et en Italie. Le chêne rouge est un arbre grimpant merveilleux car les branches fortes sont souvent abondantes et poussent près de l’horizontale hors de la tige.

Chaque province du Canada a désigné une espèce d’arbre comme emblème arboricole officiel. Vous pouvez consulter l’ensemble complet des espèces d’arbres officielles sur le site Web d’Arbres Canada. La nôtre, établie en vertu de la Loi sur les arbres officiels de la Nouvelle-Écosse de 1989, est l’épinette rouge (Picea rubens Sarg., que nous ne présenterons pas dans cette série car les conifères ne sont pas plantés dans les rues de Halifax). L’Île-du-Prince-Édouard a choisi le chêne rouge à un certain moment au cours du 20e siècle – certains sites Web disent 1905, un autre dit 1987. J’ai trouvé la Loi sur les emblèmes et distinctions honorifiques de la province de l’Î.-P.-É. de 1998, et elle dit ceci :  » L’arbre botaniquement connu sous le nom de Quercus rubra L. et populairement connu sous le nom de chêne rouge est adopté et sera l’emblème silvan de la province. 1997, ch. 36, art. 3. ». Cette loi a remplacé la Loi sur les emblèmes provinciaux de 1988, que je ne trouve pas en ligne! Tu n’aimes pas ce mot « silvan » ?

Il existe plus de 500 espèces de chênes dans le monde; 11 d’entre elles sont indigènes au Canada, mais une seule en Nouvelle–Écosse – le chêne rouge. Cette espèce (Quercus rubra L.) possède la plus grande aire de répartition de tous les chênes au Canada, poussant naturellement du Cap-Breton au lac des Bois dans le…

Il existe plus de 500 espèces de chênes dans le monde; 11 d’entre elles sont indigènes au Canada, mais une seule en Nouvelle–Écosse – le chêne rouge. Cette espèce (Quercus rubra L.) possède la plus grande aire de répartition de tous les chênes au Canada, poussant naturellement du Cap-Breton au lac des Bois dans le…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.