Entrevue : Doug Mulray, Diffuseur/annonceur : Petit-déjeuner au sous-sol (Musique Max)

I/V: Doug Mulray, Diffuseur / Annonceur: Petit déjeuner au sous-sol (Musique Max): 18 juin 2003

Doug Mulray est une icône de la radio australienne et un habilleur exceptionnellement vif. Dans le passé, il a travaillé sous les noms de Dave Davidson, Pete Peterson, John Johnson, Boutros Boutroson et Liberace. Doug a commencé à diffuser de la radio dans une tentative frustrée de rendre le monde meilleur, plus gentil et plus doux, et en pensant que ce serait un moyen efficace d’attirer des jeunes femmes facilement impressionnées. Il avait raison, bien sûr, et pendant les dix premières années de sa carrière professionnelle dans la radiodiffusion, Doug a réussi à sortir avec plus de trois femmes différentes (pas en même temps.)

De nos jours, Doug est souvent appelé Oncle Doug, Docteur Dougie, le Révérend Docteur Doug et Le Prong. En fait, personne ne l’appelle La Broche – il souhaite juste qu’ils le fassent.

(Le libellé ci-dessus provient directement du site Web officiel du Sous-sol. Nous essayons de faire vivre l’interview à la hâte). Crédit total au sous-sol.

Je tiens à remercier publiquement Doug et toute l’équipe du Sous-sol d’avoir rendu cette interview historique possible.

Entretien par téléphone (à écouter ici) : 18 juin 2003

Après des mois de planification, et quelques années de manifestation de l’idée, Greg Tingle interviewe Doug Mulray !

Greg, bonjour

Bonjour Doug Comment vas-tu?

Bien

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de le faire. J’apprécie vraiment.

Pas du tout. Où es-tu?

Je suis en fait au bon vieux Coogee

Êtes-vous? Coo-gee

Ouais mec, j’ai été partout. J’habite normalement à Maroubra, mais j’ai en fait un compagnon qui a un peu de studio de son chez Coogee, Le jeu multimédia, et je viens de passer Balmain, j’ai été partout. En fait, je te regardais sur le RENARD ce matin aussi.

Vous avez ri quelques fois ?

C’est vrai allons-y

Comment avez-vous eu votre pause Doug?

Ma grande pause.J’avais voyagé à travers l’Europe en faisant le Grand Trek australien, en fait dans un van de Coma. J’étais à l’avant pendant que je conduisais et à l’arrière pendant que je dormais et je suis revenu sans trop savoir ce que j’allais faire de ma vie. J’avais une vingtaine d’années. J’avais en quelque sorte été vendeur au détail après avoir été expulsé de l’école. Le pire élève d’Australie. Donc, j’ai renvoyé des cassettes parce que je n’avais pas une très bonne écriture. Mon père qui était avocat renvoyait mes lettres avec des lignes rouges, parce que j’orthographiais mal les mots et les marques sur cent, alors j’ai renvoyé des bandes parce que je ne supportais plus ce niveau d’abus! Il les a joués à quelques amis de l’industrie de la radio publicitaire, et ils ont dit: « Doug est assez éloquent et raisonnable, a-t-il déjà pensé à un emploi dans la radiodiffusion »? Moins d’une semaine après le commentaire – la suggestion de diffusion, j’ai entendu une annonce pour l’école de radiodiffusion – l’école de radio Digger May, sur 2SM au milieu des années 70, alors j’ai pensé bonjour, c’est le destin, les fenêtres se sont ouvertes, alors je les ai appelés, et je suis allé faire l’audition, et ils ont dit: « félicitations, tu es assez bon pour faire le cours ». J’ai découvert plus tard qu’il y avait des gens là-dedans avec des troubles de la parole, être assez bon signifiait que vous deviez avoir 300 dollars, mais c’était moi, et ils ont fait des cassettes d’audition, et j’ai eu un concert au 2E Armidale.

Fantastique. Ça me rappelle en quelque sorte ma petite participation à la télévision communautaire et à la radio communautaire de Sydney.

Oui, ce serait le même genre de chose.

Ouais, c’est un peu comme qui a de l’argent pour payer la cotisation et pouvez-vous venir un samedi, et tout à coup une opportunité s’ouvre

« Bonjour, je suis un diffuseur »

C’est vrai, vous devez être là. Quelqu’un ne se présente pas au travail, c’est une sorte de coupe-gorge parfois, n’est-ce pas?

C’est en effet le cas.

Alors, dis-moi, pour quoi es-tu le plus connu ?

Oh, je pense avoir été limogé par Kerry Packer.

Toute une distinction.

Il y a beaucoup de malentendus à ce sujet, parce que ce ne devait être qu’un seul programme. Ce n’était pas censé être une série. Ils avaient l’intention que cela aille jusqu’au bout de la pensée que je dois admettre et qu’il ait été ratifié par les censeurs de Channel 9 avant sa diffusion et par le Tribunal australien de la radiodiffusion. La dernière décision qu’ils ont prise avant de devenir l’Australian Broadcasting Authority. Ils ont tous convenu que c’était anodin, et de plus, il notait 36ers lorsque M. Packer a retiré l’émission de l’antenne, ce qui en a fait l’émission la plus cotée de l’année, non, 2e derrière Swimsuit Special d’Elle MacPheresons, mais cela a certainement fait de moi un nom familier dans les États qui n’avaient jamais entendu parler de Doug Mulray auparavant.

Eh bien, c’est ce qu’on dit dans l’industrie de la radiodiffusion, vous savez que vous n’avez pas vraiment réussi jusqu’à ce que vous ayez été limogé 1 ou 2 fois, et que votre nom se retrouve dans tous les journaux et que vos coups de gueule sont partout.

Je me souviens que Paul Dainty m’a appelé après. Ils faisaient une production du Rocky Horror Show, à Sydney, au Theatre Royal et il a dit: « mon pote, je veux que tu sois le narrateur, et j’ai dit: « Je n’ai pas fait beaucoup de travail de scène, et je n’ai pas vraiment le temps, parce que je fais le truc de la radio, et c’est un début précoce et 5 jours par semaine, et je ne veux pas faire 8 spectacles et une matinée du samedi, tu dois le faire, tu dois le faire, je te paierai beaucoup d’argent. J’ai dit : « pourquoi ferais-tu ça ? » Il a dit: « Cette presse qui a été générée par le limogeage de Kerry Packer, vous devez valoir environ 2 millions de dollars. Ce serait un profil fantastique pour quelqu’un qui fait l’émission, et je n’y avais pas pensé en ces termes. Cela me rappelle le vieil adage selon lequel il n’y a pas de mauvaise publicité.

Eh bien, c’est vrai. Je me souviens d’une fois, je n’avais pas réalisé..Je commençais à peine à travailler dans les médias, mais j’ai appelé.puis-je mentionner une station de radio.J’ai appelé 2UE à l’époque et je faisais du bénévolat olympique à la section de la technologie et j’ai appelé John Laws juste pour parler de la télé-réalité, et je ne m’en rendais pas compte à l’époque, mais John Mansfield de Telstra était auparavant, et j’ai dit homme gentil, homme intelligent da da da, et tout d’un coup, je suis cité dans le journal que Greg say préfère Telstra à Optus, dans le journal, parce que je travaillais pour les deux entreprises, mais ce que le journal n’a pas réalisé, c’est le visage que j’ai travaillé pour les deux entreprises, et j’avais en fait appelé pour discuter de la télé-réalité . Je suppose que c’est les médias pour nous, n’est-ce pas.

Ouais. Ils choisissent ce qu’ils veulent

Oui, ils le font certainement, et ils le font encore et encore.

Alors, dis-moi, comment l’affaire du sous-sol est-elle arrivée à Doug?

Eh bien, j’avais eu une vision après ma retraite de la radio la première fois à Triple M, j’avais une idée de créer un studio, qui créerait un produit qui serait viable à la radio et à la télévision de la même manière. C’est arrivé après avoir fait une interview avec Kerrie Anne Kennerly et l’une de ses cohortes, Gordon Elliot Je pense, alors ils étaient dans le studio du canal 10, assis sur le salon en cuir obligatoire avec les 2 palmiers en pot, et j’étais dans le studio Triple M fouettant des chariots et des effets sonores, c’était une sorte de frénésie et d’essayer au milieu de ce chaos de leur parler de quelque chose que je ne me souviens jamais du problème. Je pense que nous avions un sondage numéro un ou quelque chose du genre et ils voulaient faire l’interview et Hamish Cameron, qui est maintenant mon PDG, était le directeur de la radio end…les choses qui étaient retransmises du studio Triple M au canal 10, et il m’a appelé et m’a dit de regarder la cassette de cette interview, alors nous nous sommes assis autour de quelques bières et avons regardé une cassette vidéo de l’interview, et c’était assez étonnant de passer du studio de radio au studio de télévision et de revenir et de remarquer, et je ne veux dire aucun manque de respect envers Kerry Anne ou Gordon Elliott, mais juste la différence de niveaux d’énergie.

à suivre…

Liens:

The Basement

Music Max

Foxtel

Triple M

Greg Tingle écrit actuellement un article de fond sur Doug Mulray.

Media Man Australia interview Debbie Kruger – 12 juillet 2003

Media Man Australia interview le Révérend Bob Levy, Radiodiffuseur & Comédien, WJSE – 30 juillet 2003

MMA interview Bessie Bardot, Mannequin & Radiodiffuseur et Triple M – 21 mars 2003

Profils

Radio

I/V: Doug Mulray, Diffuseur / Annonceur: Petit déjeuner au sous-sol (Musique Max): 18 juin 2003 Doug Mulray est une icône de la radio australienne et un habilleur exceptionnellement vif. Dans le passé, il a travaillé sous les noms de Dave Davidson, Pete Peterson, John Johnson, Boutros Boutroson et Liberace. Doug a commencé à diffuser de…

I/V: Doug Mulray, Diffuseur / Annonceur: Petit déjeuner au sous-sol (Musique Max): 18 juin 2003 Doug Mulray est une icône de la radio australienne et un habilleur exceptionnellement vif. Dans le passé, il a travaillé sous les noms de Dave Davidson, Pete Peterson, John Johnson, Boutros Boutroson et Liberace. Doug a commencé à diffuser de…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.